Poste clients

Comment calculer son délai de paiement moyen ou DSO ?

Rédigé par
Mathilde Chevallier

Le Délai Moyen de Paiement est un indicateur clé de la santé des entreprises. Il a un rôle capital dans la trésorerie de l'entreprise.

Qu'est-ce que le Délai Moyen de Paiement ?

Le DSO ou délai moyen de paiement correspond à la durée moyenne entre la date d'émission d'une facture et la date à laquelle le client règle cette facture.

L'appellation DSO vaut pour "Days Sales Outstanding" en anglais. En français, on le traduit par DMP pour "Délai Moyen de Paiement". Il peut aussi être appelé NJC pour "Nombre de Jours de Crédit Clients".

Autrement dit, c'est le chiffre d'affaires facturé mais pas encore payé. Il s'agit littéralement du "nombre de jours avant de recevoir le paiement par le client".

À quoi sert le DSO ? Pourquoi le suivre ?

Le DSO est une mesure indispensable de la gestion financière d'une entreprise. Suivre son délai moyen de paiement aide à identifier le nombre de jours de retard de paiement et le temps nécessaire au recouvrement des créances.

Concrètement, plus le DSO est faible, plus les clients paient rapidement et plus la trésorerie est conséquente et disponible. Bravo 👏 !

En revanche, plus le DSO est élevé, plus le délai de paiement des clients est important. L'entreprise s'expose ainsi à un écart de trésorerie important. 😯

Le délai moyen de paiement est une composante essentielle du besoin en fonds de roulement (BFR). Il permet de savoir de quels capitaux l'entreprise a besoin afin de financer les ventes qui ne sont pas encore payées. Il est le reflet de la périodicité de sa facturation et de l'efficacité des relances clients. Son évolution indique la diminution ou la dégradation du risque d'impayé.

Le DSO est un indicateur à intégrer absolument à son tableau de bord. C'est d'ailleurs ce que propose LeanPay dans son application. Vous pouvez suivre votre DSO, votre encours clients, votre chiffre d'affaires mensuel réparti par factures échues et non échues, votre balance âgée... Vous avez une vue en temps réel de ce qui se passe sur le poste clients. Vous pouvez ainsi prioriser vos relances clients. En automatisant ces dernières, vous divisez par 4 votre temps passé sur les relances clients, tout en réduisant vos retards de paiement.

Suivre son DSO vous permet également de prendre des décisions stratégiques pour la trésorerie de l'entreprise. Lorsque l'on constate des retards de paiement fréquents chez certains clients, que l'on peut appeler mauvais payeurs, il est alors possible de négocier des conditions de paiement spécifiques en stipulant le règlement systématique d'un acompte par exemple.

Comment calculer le DSO (délai moyen de paiement) ?

Il existe plusieurs façons de calculer le DSO. Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. L'essentiel est de choisir celle qui s'adapte le plus à son entreprise et de la gardez ! L'important est de pouvoir suivre l'évolution du délai moyen de paiement mois après mois.

La méthode comptable ou méthode standard

C'est la méthode la plus utilisée : elle détermine le rapport entre l'encours financier et le chiffre d'affaires TTC. Le délai moyen de paiement est ainsi calculé selon la formule suivante :

DSO = créances clients TTC d'une période / chiffre d'affaires TTC de la même période x nombre de jours de la période

Avantages :

  • Le calcul est très simple à faire.
  • Cette technique permet la comparaison d'entreprises entre elles.
  • La donnée est disponible facilement et rapidement.

Inconvénients :

  • Cette méthode n'est pertinente que si la société a un chiffre d'affaires constant. Si le chiffre d'affaires est variable en fonction de la saisonnalité des ventes, le calcul s'en trouve faussé.
  • Cette technique ne reflète ni l'âge moyen des créances ni la durée réelle du crédit.

En partant de cette méthode de calcul, on peut aussi se baser sur ses variantes.

  • la méthode avec l'encours total : encours total fin de mois TTC x nombre de jours de la période / chiffre d'affaires total TTC (hors ventes comptant de la période)
  • la méthode avec l'encours moyen : moyenne des encours de fin de mois TTC x nombre de jours de la période / chiffre d'affaires total TTC de la période
  • la méthode avec le chiffre d'affaires moyen : encours total fin de mois TTC x nombre de jours de la période / chiffre d'affaires moyen TTC de la période
  • la méthode de l'encours courant : encours non exigible fin de mois TTC x nombre de jours de la période / chiffre d'affaires TTC de la période (hors ventes comptant)
  • la méthode de l'encours échu qui donne le nombre de jours moyen de retard (JMR) ou ACD pour "Average Cost Deliquency) : encours échu fin de mois TTC x nombre de jours de la période / chiffre d'affaires total TTC de la période

Tout le monde suit ? Parce qu'on passe à la seconde méthode de calcul...

La méthode par apurement de l'encours, aussi appelée "Épuisement du CA", "Count back" ou "Roll-back"

Le principe est de soustraire à l'encours de fin de période le chiffre d'affaires TTC des précédentes périodes jusqu'à épuisement de celui-ci et d'additionner le nombre de jours ainsi "remontés" de la période analysée.

Globalement, pour un suivi mensuel, la formule pourrait être traduite de cette façon :

DSO (à fin de mois) = encours client TTC - chiffre d'affaires TTC du mois M - chiffre d'affaires TTC du mois M-1... jusqu'à épuisement du solde client.

Puis, le montant (partiel) du dernier mois de chiffre d'affaires de la période rapporté au chiffre d'affaires total et multiplié par le nombre de jours du mois donne le solde du nombre de jours qu'il faut ajouter au nombre de jours des autres mois.

Voyons un exemple avec cette méthode par épuisement du CA pour que ce soit plus parlant.

Réalisant le calcul à la date du 1er septembre 2021, nous allons donc prendre comme base le montant brut du poste client au 31 août 2021 qui est de 170 000 €.

  1. D'abord, on part de l'encours au 31 août 2021 de 170 000 € et on soustrait le CA d'août de 40 000 € pour apurer l'encours. On obtient donc 130 000 €. On ajoute aussi l'intégralité de la période dans la colonne DSO, à savoir les 31 jours que compte le mois d'août.
  2. Ensuite, on répète la même opération pour le mois suivant en partant de l'encours restant à épurer et on déduit le CA du mois de juillet soit : 130 000 € - 70 000 € = 60 000 €. On indique à nouveau le nombre de jours que compte le mois de juillet.
  3. Au 30 juin, l'encours n'est plus que de 60 000 €, sur un total de CA de 95 000 €. Le calcul est donc le suivant : 60 000 € / 95 000 € x 30 (nombre de jours que comporte le mois de juin) = 18,94 jours. La contribution au DSO analysée au 1er septembre 2021 pour la période est donc de 18,94 jours et l'encours est ainsi entièrement apuré.
  4. On additionne la totalité du nombre de jours de la colonne DSO. 31 + 31 + 18,94 = 80,94 jours.
  5. Le DSO observé au 1er septembre 2021 est donc de 80,94 jours.

Avantages

  • Cette technique a l'avantage de mieux refléter la situation d'une entreprise qui a une activité saisonnière ou qui subit de fortes variations.
  • Si quotidiennement les datas sont justes, le calcul du DSO  se fait alors en temps réel. Nul besoin d'attendre la fin d'une période. Cela permet de prendre les bonnes décisions très rapidement.

Inconvénients

  • Cette technique ne permet pas de comparer les entreprises entre elles.
  • Pour que ce soit pertinent et efficace, il faut une mise à jour du calcul tous les jours ou toutes les semaines. Or, avec une compta externalisée, ce n'est pas évident d'avoir des données à jour.

Chez LeanPay, c'est cette seconde technique que nous utilisons pour évaluer votre délai moyen de paiement. Notre outil calcule dynamiquement votre DSO et vous le restitue en temps réel. A tout moment, vous pouvez suivre l'évolution de votre encours clients et de vos délais d'encaissement pour piloter vos rentrées de trésorerie. Grâce à notre logiciel de gestion des factures, vous pouvez automatiser vos relances clients et réduire votre DSO de 30% (moyenne constatée chez nos clients).