Tréso

BFR et BFR normatif : définition et calcul

Rédigé par
Mathilde Chevallier

Qu'est-ce que le BFR (Besoin en Fonds de Roulement) ? Quelle est la différence avec le BFR normatif ? Pourquoi suivre cet indicateur ? Comment calculer le BFR et le BFR normatif ? Quelle méthode de calcul faut-il privilégier ? Comment améliorer son BFR ? Vous saurez tout dans notre article.

Définition du BFR

Le BFR ou Besoin en Fonds de Roulement est un indicateur fondamental en matière de gestion financière. Il a pour but de vérifier l'équilibre financier d'une entreprise à un moment donné. Concrètement, il mesure le besoin en trésorerie d'une entreprise dû aux décalages existant :

  • délais d'encaissements : décalage entre la date de facturation et la date de paiement réelle des clients
  • délais de décaissements : décalage entre la date d'achat et le règlement réel aux fournisseurs
  • délai de rotation des stocks

Pourquoi suivre le BFR ?

En évaluant le besoin en financement d'une entreprise en fonction des prévisions de chiffre d'affaires, il s'agit de suivre un indicateur de la croissance très pertinent. Au-delà de la simple valeur du BFR, il faut en analyser les principales composantes qui sont uniques selon l'entreprise, son secteur d'activité, son organisation... L'objectif est de prioriser les actions à mettre en place sur les postes les plus importants. À titre d'exemple, vous pouvez vous concentrer sur la réduction des délais de paiement ou sur la rationalisation du processus d'approvisionnement.

Calcul du BFR

Le calcul du BFR s'effectue à partir du bilan comptable de fin d'exercice, selon la formule suivante :

Stocks + créances clients + autres créances - dettes fournisseurs - dettes sociales et fiscales = BFR

On obtient alors soit :

  • un BFR positif : l'entreprise a un besoin en trésorerie. Les décaissements sont plus rapides que les encaissements, autrement dit les délais de paiement accordés aux clients sont plus longs que ceux que l'entreprise doit elle-même respecter auprès de ses fournisseurs.
  • un BFR négatif désignant une ressource de financement d’exploitation qui optimise la trésorerie de l’entreprise, c'est-à-dire que les encaissements sont plus rapides que les décaissements.

L'inconvénient du BFR, c'est qu'il masque les effets de saisonnalité. Il n'est pas représentatif de l'activité moyenne de l'entreprise puisque c'est le reflet de l'activité à un moment précis : l'arrêt des comptes. Le BFR doit donc être idéalement calculé indépendamment d'un bilan.

Définition du BFR normatif

C'est là qu'intervient le BFR normatif, une méthode plus analytique développée par les experts-comptables. Il permet de mesurer l'impact de l'évolution de chaque poste du BFR sur le besoin en matière de trésorerie. Pour cela, il faut au préalable définir pour chaque poste du BFR :

  • le temps d'écoulement
  • le coefficient de structure ou aussi appelé coefficient de pondération

Le temps d'écoulement

Chaque poste du Besoin en Fonds de Roulement est évalué en nombre de jours moyen :

  • le délai de paiement moyen des factures clients
  • le délai de rotation des stocks
  • le délai de paiement moyen des factures fournisseurs

Le coefficient de structure

Le coefficient de structure mesure l'importance de chaque élément du BFR au regard du chiffre d'affaires annuel HT. Par exemple :

  • Le coefficient de structure des stocks = flux annuel du poste HT / chiffre d'affaires HT
  • Le coefficient de structure des créances et des dettes d’exploitation = flux annuel du poste TTC / chiffre d'affaires HT
BFR et BFR normatif : définition et calcul

Calcul du BFR normatif

Prenons l'exemple de l'entreprise X dont les informations liées à l'activité sont les suivantes :

  • Le chiffre d'affaires HT est de 11 M€.
  • Le crédit client est de 60 jours.
  • Les achats de matières premières sont estimés à 3 M€ pour une durée de stockage de 35 jours et un délai fournisseur de 55 jours.
  • Les autres types d’achat sont évalués à 2 M€ avec un délai de paiement moyen des fournisseurs de 30 jours.

Vous pouvez créer un tableau comme suit en posant les différents postes du BFR et les différents temps d'écoulement.

Tableau de calcul du BFR normatif

Pour trouver les coefficients de pondération, les calculs sont les suivants :

  • Coefficient de structure du poste client : 11 x 1,20 (TVA) / 11 = 1,2
  • Coefficient de structure du stock : 3 / 11 = 0,27
  • Coefficient de structure du poste achats de matières premières : 3 x 1,20 / 11 = 0,33
  • Coefficient de structure pour les autres achats : 2 x 1,20 / 11 = 0,22

Ensuite, il suffit de multiplier le temps d'écoulement en jours par le coefficient de pondération. On obtient alors un résultat pour chaque composante du BFR :

  • soit un emploi s'il s'agit d'un poste d'actif
  • soit une ressource s'il s'agit d'un poste de passif

Le BFR normatif en nombre de jours est la différence entre le total des emplois et le total des ressources. Dans notre exemple, le BFR normatif est de 56,7 jours (81,5 - 24,8). Le BFR normatif en valeur est calculé en multipliant le BFR normatif en nombre de jours par le chiffre d'affaires et le tout divisé par 365. Pour l'entreprise X, il s'agit de 56,7 x 11 / 365. On obtient donc 1 708 K €.

Améliorer son BFR

Maintenant que vous avez calculé votre propre BFR normatif, il s'agit de l'analyser. Si les résultats ne collent pas à vos attentes et sont en deçà de vos objectifs, vous pouvez ainsi mettre en place des actions visant à améliorer votre BFR normatif. Plusieurs pistes sont envisageables :

  • Réduire votre DSO
  • Allonger vos délais de paiement fournisseurs
  • Accélérer la rotation des stocks

Réduire votre délai de paiement moyen (DSO)

Pour vous aider à diminuer votre DSO, nous avons listé 10 techniques pour se faire payer plus vite. Notre logiciel LeanPay peut aussi y contribuer. Destiné aux PME, c'est un outil de gestion automatisée des créances clients. Il permet d'améliorer fortement le besoin en fonds de roulement en accélérant les encaissements B2B grâce au suivi en temps réel des créances, à la planification et à l'automatisation des relances clients.

Allonger vos délais de paiements fournisseurs

L'objectif est de gagner du temps en négociant avec vos fournisseurs pour allonger vos délais de paiement, de façon à les payer après avoir vous-même reçu les paiements de vos clients. La partie est délicate puisque d'un côté vous êtes fournisseur et de l'autre client. Et c'est bien le cas aussi de vos fournisseurs qui veulent au maximum réduire vos délais de paiement.

Tout est question de rapport de force. Le terrain d'entente est donc de négocier vos conditions de règlement. Si vous êtes un client à la fois important et régulier, vous bénéficiez d'un certain avantage pour négocier. Mettez en avant votre ancienneté, votre ponctualité à régler, votre poids comme client... Si ce n'est pas (encore) le cas, partez du principe qu'il vaut mieux régler vos factures le plus tard possible : proposez ainsi de payer la totalité de la créance à échéance plutôt que de payer des acomptes. Ou du moins, essayez de les minimiser le plus possible.

Accélérer la rotation de vos stocks

La gestion des stocks est un point essentiel, car leur accumulation présente des risques. Les stocks en surplus peuvent être abîmés, désuets, perdus avant même d'avoir été vendus. Ces stocks augmentent de 10 à 20% le prix d'achat des marchandises car s'y ajoutent les frais de financement, de stockage et de manutention. L'idéal est donc de convertir le plus rapidement possible les stocks en liquidités en atteignant un équilibre entre l'approvisionnement et les ventes. Pour toucher du doigt cet idéal, vous pouvez appliquer la méthode du "juste-à-temps" des stocks, c'est-à-dire commander et recevoir des marchandises au moment où vous en avez besoin. L'analyse des données des ventes précédentes, des prévisions et des délais d’approvisionnement des fournisseurs vous permettront de déterminer le niveau de stocks suffisant pour répondre à la demande.