Accueil
Fiches pratiques
Recouvrement ou affacturage : que choisir ?
Logiciel de recouvrement

Recouvrement ou affacturage : que choisir ?

Rédigé par
Manolo Munoz Lagadeuc
Mis à jour le
29/8/2022

Il existe plusieurs solutions à disposition des sociétés pour récupérer le montant de leurs créances clients en retard de paiement. Le recouvrement, d’abord amiable, puis judiciaire est une procédure qui doit systématiquement être mise en place dès qu’un impayé est constaté. Mais d’autres moyens existent pour aider les entreprises à accélérer leurs encaissements et faciliter la gestion de leurs impayés. L’affacturage en fait partie.

Loin de constituer une alternative totale au recouvrement, l’affacturage est une solution de financement fréquemment utilisée par les entreprises. Dans cet article, nous vous aidons à savoir vers quelle procédure vous tourner selon votre situation en vous présentant les niveaux d’efficacité de chaque proposition.

Au sommaire de cet article :

Comprendre les différences entre affacturage et recouvrement

L’affacturage

L’affacturage et le recouvrement sont deux procédures distinctes, qu’il convient de différencier pour éviter de se lancer dans une démarche qui ne correspond pas au besoin d’une société.

L’affacturage est un service de financement des créances clients à court terme. Il est effectué par une société d’affacturage, aussi appelée factor.

Son principe de fonctionnement est simple. Le factor prend en charge les créances clients d’une société en les rachetant et en y déduisant une commission d’affacturage. Il est important de noter que lors de la souscription d’un contrat avec un factor, celui-ci aura tendance à pousser un engagement de la société sur le long terme, voire plusieurs années ! Les frais engendrés sont donc bien plus conséquents que la commission prélevée sur le recouvrement d’une seule créance, surtout si le risque d’insolvabilité du débiteur est important.

Afin de récupérer la somme due initialement, le prestataire s’engage alors dans un processus de relance auprès du client de manière autonome, le créancier n’est pas sollicité même en cas de litige.

👉 Pour en savoir plus sur cette procédure, son fonctionnement et son coût, nous avons rédigé un article détaillé sur l’affacturage.

Le recouvrement

À la différence de l’affacturage, le recouvrement est une procédure plus complexe et qui peut se présenter de trois manières différentes :

  • Le recouvrement amiable : cette démarche consiste à prendre contact via différents canaux (mails, courriers, téléphone) auprès du débiteur pour l’informer du retard de paiement de sa facture et l’inviter à la régler dans les plus brefs délais.
  • Le recouvrement judiciaire : sollicité notamment dans un second temps, après l’échec de la procédure amiable, il consiste à faire appel à un organisme judiciaire (un huissier ou un tribunal) pour régler le litige qui oppose le créancier au débiteur.
  • Le recouvrement externalisé : pouvant être appliqué aux deux autres types de recouvrement, le recouvrement externalisé consiste à se décharger du recouvrement (amiable ou judiciaire) auprès d’un prestataire externe.

💡 Le recouvrement judiciaire est systématiquement externalisé tandis que le recouvrement amiable peut être effectué en interne.

L’affacturage intègre une étape du recouvrement dans son fonctionnement (la relance du client par le factor) mais ne nécessite pas d’action de la part du créancier pour récupérer son argent, si ce n’est de faire la démarche de cession de créance au factor. On ne peut donc pas dire que l’affacturage est une méthode de recouvrement.

Choisir entre l'affacturage et le recouvrement

Comment choisir entre l’affacturage et le recouvrement ?

Certaines situations peuvent nécessiter qu’une entreprise fasse appel à un factor pour accélérer ses encaissements et se décharger du recouvrement de ses créances clients. Il est important de savoir vers quelle solution se tourner pour ne pas perdre trop de temps ou d’argent en se lançant dans des procédures longues et coûteuses pour des montants qui n’en valent pas la peine. Penchons nous sur les différences entre l’affacturage et chaque type de recouvrement pour mieux comprendre comment choisir entre chaque procédure.

L’affacturage et le recouvrement amiable

Prendre l’habitude de déclencher une procédure de recouvrement amiable pour chaque facture client émise est un réflexe très bénéfique, voire vital, pour une entreprise.

En effet, les avantages du recouvrement amiable sont nombreux. Il permet de :

  • Gérer les factures en retard de paiement en interne : la gestion du poste client est facilitée car l’entreprise garde le contrôle sur la relance de ses clients
  • Maintenir un bon relationnel avec le client : en prenant l’initiative de contacter personnellement le client concerné par un retard de paiement, l’entreprise conserve de bons rapports commerciaux avec ce dernier. L’image de l’entreprise est également valorisée en montrant à sa clientèle qu’elle peut gérer ce type de situation
  • Récupérer ses factures impayées à moindre coût : le recouvrement amiable est relativement peu cher comparé à d’autres solutions. Les seuls frais à compter sont les coûts humains si un poste est dédié au recouvrement

💡 Des outils digitaux peuvent faciliter le pilotage du poste client et le recouvrement des créances. Chez LeanPay, nous remarquons que nos clients divisent par 4 le temps passé à traiter leurs factures impayées en moyenne.

L’affacturage ne doit donc pas remplacer le recouvrement amiable. Il peut en revanche venir soutenir ce processus en prenant en charge certains cas ou clients qui ont pour habitude de payer leurs factures très en retard. Dans des périodes économiques difficiles pour une entreprise, l’affacturage permet aussi de s’assurer de recevoir rapidement ses encaissements.

L’affacturage et le recouvrement judiciaire

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’affacturage n’est pas une procédure de recouvrement judiciaire. Ces deux démarches doivent être correctement distinctes l’une de l’autre car leur fonctionnement, leur coût et leurs conséquences sur les relations avec le client sont très différentes.

L’affacturage, tout comme le recouvrement judiciaire, est un processus externalisé. Dans le cas où un factor est sollicité, l’organisme prenant en charge la créance client ne se contente que de financer son montant auprès du créancier puis, de relancer le client afin qu’il procède au règlement de sa facture.

Lorsqu’une procédure de recouvrement judiciaire est ouverte, le créancier fait appel à la justice pour récupérer le montant facturé à son client. Ce dernier doit alors s’expliquer devant un tribunal et, s’il est condamné, verser le montant de la créance ainsi que des frais supplémentaires au créancier. Cette démarche a pour conséquence de fortement dégrader la relation commerciale avec le client. C’est pourquoi elle ne doit être envisagée qu’en dernier recours, lorsque toutes les autres tentatives pour se faire payer ont échoué.

👉 Pour en savoir plus à ce sujet, nous avons rédigé un article détaillé sur le fonctionnement de la procédure de recouvrement judiciaire.

D’un autre côté, en fonction du type de contrat d’affacturage conclut avec le factor (avec recours ou sans recours), ce dernier peut soit prendre entièrement en charge l’impayé du client ou alors se retourner contre le créancier pour exiger le remboursement de la créance.

L’affacturage et le recouvrement externalisé

Bien qu’il soit important d’appliquer une procédure de recouvrement amiable de manière systématique à chaque retard de paiement constaté, il n’est pas nécessaire d’internaliser ce processus. Des sociétés spécialisées peuvent prendre en charge le recouvrement amiable au nom d’une entreprise ou alors de manière anonyme.

La société de recouvrement, à la différence du factor, ne finance pas la créance qui lui a été transmise. Son rôle est uniquement d’user de toutes les méthodes amiables à sa disposition pour récupérer la somme réclamée par le créancier.

L’intérêt de cette solution est son coût. Les sociétés de recouvrement sont rémunérées au succès. Aucun frais ne sera demandé au créancier tant que son argent n’aura pas été récupéré. En cas de réussite, la société de recouvrement prélève alors un pourcentage du montant de la créance. La part prélevée peut varier en fonction de la somme récupérée.

Le logiciel de recouvrement, l’alternative à l’affacturage

Recouvrement judiciaire, recouvrement externalisé ou affacturage, ces solutions offrent des réponses intéressantes pour réduire le délai de paiement de vos clients. L’inconvénient de chacune de ces procédures, c’est qu’elles interviennent une fois l’impayé constaté. Or, en matière de retards de paiement, il est très important d’être pro-actif et flexible. Se tourner vers une solution digitale permet de répondre à ce besoin.

Un logiciel de recouvrement vous permet de garder cette maîtrise dans le pilotage de votre poste client tout en vous offrant des fonctionnalités qui viennent soutenir la mise en place de votre recouvrement amiable.

Vous pouvez par exemple automatiser l’envoi de vos relances par mail ou courrier en créant des plans de relances personnalisés.

💡 Nous vous conseillons de systématiquement envoyer une notification de pré-échéance à votre client quelques jours avant la date d’échéance de la facture pour lui rappeler qu’il doit rapidement procéder à son règlement.

En synchronisant vos données comptables avec un logiciel de recouvrement, vous pouvez visualiser au quotidien les indicateurs clés de votre poste client. Balance âgée par client, délai de paiement moyen, encours client ou prévisionnel d’encaissement sont autant de points d’analyse qui vous aideront à anticiper vos besoins en trésorerie et faciliteront votre prise de décision au quotidien.

L’objectif principal du recouvrement, c’est de se faire payer par le client. C’est pourquoi, le logiciel de recouvrement LeanPay dispose d’une plateforme de paiement en ligne sécurisée directement accessible depuis les mails de relance. Cette fonction permet au client relancé de régler ses factures en quelques clics soit par e-virement ou par carte bancaire.

Besoin d'utiliser ces modèles ?

Téléchargez gratuitement notre fichier PDF de modèles de mails de relances. Vous pourrez les emporter partout avec vous !

Facturer c'est bien, encaisser c'est mieux !

Notre site utilise des cookies, aidez-nous à vous offrir la meilleure expérience possible en cliquant sur “Accepter”.