Accueil
Fiches pratiques
Financer son BFR grâce à l’affacturage
Comptabilité

Financer son BFR grâce à l’affacturage

Rédigé par
Manolo Munoz Lagadeuc
Mis à jour le
18/7/2022

La durée du délai de paiement légal en France est de 60 jours. Cette période, lorsqu'elle n'est pas respectée, peut entraîner un manque de fonds de roulement important pour les entreprises. Être payé le plus tôt possible est la solution pour combler ces besoins en trésorerie. Avoir recours à l'affacturage vous permet de financer vos besoins en fonds de roulement à court et moyen terme en réduisant votre délai de paiement moyen.

Nous vous expliquons tout ce qu'il faut savoir sur l'affacturage : définition, fonctionnement, coût et avantages.

Au sommaire de cet article :

Qu'est-ce que l'affacturage ?

L'affacturage consiste pour une entreprise à céder sa créance client à un organisme externe, généralement une banque, appelé factor. À la différence de l'escompte, l'affacturage ne concerne que les créances clients. Vous ne pourrez pas céder une partie de votre fond de commerce auprès du factor.

Après avoir examiné les risques d'insolvabilité représentés par l'entreprise demandeuse et le client, le factor procède au financement de la facture auprès de l'entreprise, en y soustrayant le coût des frais de gestion. Dans un second temps, il prend en charge le reste de la procédure de relance auprès du client qui lui versera par la suite le paiement initialement prévu par la créance.

Concrètement, cela permet à l'entreprise de recevoir son versement rapidement et d'améliorer son délai de paiement moyen. Le besoin en fonds de roulement est donc réduit.

Cette solution s'adresse à tout type d'entreprise, à condition de pouvoir y trouver un intérêt financier. En effet, le coût de cette opération n'est pas à négliger et certains organismes externes établissent des engagements sur plusieurs mois ou même années. Pensez à bien évaluer votre situation avant d'envisager d'y avoir recours.

Fonctionnement de l'affacturage

Schéma de l'affacturage

Étape 1 : Le client passe une commande au fournisseur.

Étape 2 : L'entreprise adresse une facture au client.

Étape 3 : L'entreprise réalise une cession de créance auprès d'un organisme externe appelé factor.

Étape 4 : Après examen des risques, le factor procède au financement de la créance envers l'entreprise en y déduisant les frais de gestion.

Étape 5 : À la date d'échéance, le factor notifie le client du dépassement du délai de paiement et entame un processus de recouvrement en cas d'impayé.

Étape 6 : Le client règle le montant de la facture initiale au factor.

Types d'affacturages

Le mécanisme de l'affacturage est simple mais comporte certaines particularités qui peuvent avoir des conséquences sur son coût ou sur les parties engagées dans ce contrat. C'est pourquoi nous pouvons distinguer plusieurs types d'affacturages en fonction des situations commerciales ou des garanties proposées par le factor.

L'affacturage inversé ou reverse factoring

Existant depuis maintenant plusieurs années et encouragé depuis l'adoption de la loi Pacte en avril 2019, l'affacturage inversé présente une situation dans laquelle le client est le donneur d'ordre à l'origine de la demande d'affacturage. L'avantage de cette configuration est de conserver une bonne relation commerciale avec le fournisseur en lui garantissant un paiement rapide par l’intermédiaire du factor. Attention cependant à considérer le coût de cette procédure qui dans ce cas doit être payé par le client donneur d’ordre.

L'affacturage import ou export

Cet affacturage concerne les entreprises traitant à l'international en import ou en export. Il s'agit d'une alternative au crédit documentaire, qui n'est pas accessible à toutes les entreprises. Il permet donc à un exportateur d'avoir une garantie de paiement, de bénéficier d'une assurance crédit en cas d'insolvabilité de son client et de faciliter le transfert de fonds dans le pays d'importation ou d'exportation.

L'affacturage ponctuel

L'affacturage ponctuel est en quelque sorte une version allégée de l'affacturage. Il est davantage destiné aux entreprises récentes qui n'ont très souvent pas la possibilité d'obtenir un contrat d'affacturage engageant. En effet, l'affacturage ponctuel est sans engagement et comprend une assurance d'impayés. C'est une alternative intéressante si votre entreprise rencontre de manière ponctuelle des besoins en fonds de roulement plus importants.

L'affacturage notifié non-géré ou semi confidentiel

Conserver votre relation client ainsi que la gestion de votre poste client peut vous tenir à cœur. L'affacturage notifié permet de répondre à ce besoin. En effet, dans cette situation, votre client continue de vous faire parvenir le règlement de sa facture et vous gardez le contrôle du processus de relance et de suivi de vos créances. C'est lors de la cession de votre créance client au factor que celui-ci ouvre un compte bancaire partagé, commun à vous deux. Vous recevrez ainsi votre financement de créance depuis ce compte et encaisserez à votre tour le paiement du client sur ce même compte.

L'affacturage non notifié ou confidentiel

L'affacturage confidentiel fonctionne de la même manière que l'affacturage semi-confidentiel à la différence que le factor n'ouvre pas de compte bancaire partagé pour réaliser les encaissements du client et qu'il ne notifie pas votre client de la cession de sa créance à un organisme extérieur.

automatisation des relances et paiement en ligne avec LeanPay

Comment comptabiliser l'affacturage ?

La comptabilisation d'opérations d'affacturage doit se faire lors de la cession de la créance et lors du financement de la facture par le factor. Voici comment comptabiliser ces deux transactions :

La cession de la créance au factor

Dès validation de l'avis de rachat de votre créance par le factor, vous devez procéder à la comptabilisation de la cession de votre facture de cette façon :

  • Créditer le compte 411 "clients"
  • Débiter le compte 6225 "rémunérations d'affacturage" pour le montant des commissions hors taxes, le compte 44566 "TVA déductible" pour le montant de la TVA, le compte 467 "factor" pour le montant que le factor doit vous financer.

Le financement de la facture par le factor

Lors de la réception du financement du factor par l'entreprise, la comptabilisation suivante doit avoir lieu :

  • Créditer le compte 467 "factor"
  • Débiter le compte 512 "banque"

Que se passe-t-il en cas d'impayé lors d'un affacturage ?

L'affacturage ne fournit pas systématiquement une garantie totale de déchargement de sa créance à l'entreprise. Il est important de se renseigner sur la capacité d'accès du factor à un droit de recours en cas d'impayé de la part du client.

Dans le cas d'un affacturage avec recours, le factor peut demander le remboursement des créances à l'entreprise si le client est en situation d'insolvabilité. Le compte de l'entreprise est alors définancé et le montant est prélevé soit sur l'encours du fond de garantie ou sur la facture, cela dépend des conditions fixées par le factor.

À l'inverse, il existe l'affacturage sans recours qui est majoritairement utilisé dans ce type de contrat. Le prestataire s'engage à prendre en charge le risque de litige dû à un éventuel impayé de la part du client. Le factor prend alors en charge l'ensemble de la procédure de recouvrement tout en notifiant l'entreprise du litige de son client.

Quel est le prix de l'affacturage ?

L'affacturage est une opération qui a un certain coût. Ce montant est souvent déduit par le factor du financement de la créance qui lui a été cédée et est constitué de plusieurs frais et commissions.

Les frais de gestion et d'ouverture de compte

Ces frais s'appliquent dès l'application du contrat d'affacturage entre le factor et l'entreprise. Leur montant varie en fonction de la nature et du nombre d'opérations à effectuer et peuvent être négociés. En règle générale, ils s'élèvent à environ une centaine d'euros par opération.

La commission de financement

Il s'agit de la commission prélevée par le factor au financement de créance qu'il avance. Elle est calculée selon 3 indicateurs :

  • le montant de l'avance,
  • la durée qui sépare la date de financement de la date d'échéance de la créance,
  • le taux d'intérêt fixé sur le marché bancaire auquel s'ajoute la marge du factor comprise entre 2% et 4%.

La commission d'affacturage

En supplément des frais de dossiers, une commission d'affacturage permet de rémunérer le factor pour la réalisation de certaines tâches et couvre certains services (garantie de paiement, relance et recouvrement des créances). Son montant peut varier en fonction du secteur d'activité de l'entreprise, du volume de factures transférées et de la solvabilité du client. Il varie en moyenne entre 0,4% et 2,5%.

Les avantages et les limites de l'affacturage

L'affacturage est un alternative idéale pour réduire votre délai de paiement moyen. Il vous assure en plus une garantie en prenant en charge le recouvrement de votre créance en cas d'insolvabilité du client. Cette prise en charge est un réel gain de temps pour votre équipe qui se décharge du processus de relance du client.

Cependant, l'affacturage a aussi des points négatifs. Tout d'abord son coût, il vous garanti d'être payé rapidement mais le financement ne couvre pas entièrement la créance lorsque l'on en déduit les frais et commissions associés au service effectué par le factor. En délégant le suivi du recouvrement à un organisme externe, vous perdez le contrôle sur votre poste client qui n'est plus géré en interne. Prenez garde à ne pas dégrader vos relations commerciales en abusant du recours à l'affacturage. En optant plutôt pour des outils d'automatisation des relances clients tels que LeanPay, vous observerez une baisse de 30% de votre DSO dans les 3 mois tout en continuant de gérer votre recouvrement amiable en interne.

Besoin d'utiliser ces modèles ?

Téléchargez gratuitement notre fichier PDF de modèles de mails de relances. Vous pourrez les emporter partout avec vous !

Facturer c'est bien, encaisser c'est mieux !

Notre site utilise des cookies, aidez-nous à vous offrir la meilleure expérience possible en cliquant sur “Accepter”.