Tréso

Délais de paiement, impayés : les chiffres 2020/2021

Rédigé par
Mathilde Chevallier

Les délais de paiement ont presque doublé en 1 an

Selon le baromètre du Cabinet Arc, les délais de paiement entre sociétés sont passés de 10 jours après échéance de la facture en 2019 à 18,6 jours en moyenne en 2020. Cet allongement des délais est une difficulté davantage constatée en France, plus qu'ailleurs en Europe. Problème qui ne s'est pas amélioré depuis, déplore Denis Le Bossé, directeur du Cabinet Arc.

Réduisez de 30% vos délais de paiement

Les impayés ont augmenté de 18%

En 2020, la crise de la COVID 19 a touché de plein fouet les entreprises qui ont subi une hausse de 18% des impayés et un recul de 3% de la trésorerie, selon l'Observatoire de la Trésorerie des PME et TPE. Les premiers chiffres de 2021 livrés par Axonaut ne sont guère plus réjouissants. De janvier 2021 à mai 2021, les impayés sont passés de 75 000€ à 82 000 €, soit une augmentation de 9,3%. Pire, on constate une énorme hausse de 24% entre juin 2020 et mai 2021 !

Quelles perspectives pour les prochains mois ?

Les prévisions ne sont pas optimistes. En effet, les retards de paiement ont un effet boule de neige. Une entreprise payée en retard risque elle-même de régler tardivement ses propres fournisseurs. Les factures impayées, ou du moins non payées à temps (qui représentaient 13 milliards d’euros en 2019), fragilisent les trésoreries et sont, en temps normal, déjà responsables de 25% des faillites, notamment de PME. Pour l’année 2021, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) s’attend à un chiffre de 60 000 à 100 000 défaillances.

Dans cette situation difficile où les entreprises ont besoin de trésorerie, le cash est réellement vital.

Ces délais de paiement à rallonge vont malheureusement s'accroître pour deux raisons :

  • beaucoup de sociétés auront consommé tout ou partie de leur PGE (Prêt Garanti par l'Etat)
  • le gouvernement a annoncé en ce début septembre mettre fin aux aides octroyées suite à la crise sanitaire

Les dispositifs de soutien mis en place par l'Etat en 2020 ont permis d'éviter ponctuellement l'explosion des défaillances d'entreprises. Pour autant, la situation financière de nombre d'entre elles est toujours très fragile. A l'heure où l'économie est en train de reprendre, les PME ont besoin de financements pour attaquer leur redémarrage. Elles vont nécessairement privilégier leur besoin en fonds de roulement plutôt que de s'acquitter de leurs dettes dans les délais. Tout cela va provoquer retards de paiement et dépôts de bilan.

Comment se protéger des impayés ?

Face à cette situation extrêmement délicate, que peuvent faire les entreprises ? Quelles solutions se présentent à elles ?

  • Selon une étude d'Euler-Hermes, plus d’une entreprise sur deux envisage l’assurance-crédit. Il s'agit d'une garantie qui préserve les entreprises contre les pertes générées par le non-paiement de factures. Le problème, c'est qu'il y a un désengagement croissant des assureurs. De nombreuses sociétés ont de fait constaté une réduction des couvertures, voire des annulations de garanties concernant certains pays où se trouvent leurs clients.
  • L'affacturage permet de confier à un organisme tiers la gestion de ses créances. C'est l'établissement spécialisé (factor) qui avance le règlement. Mais cette solution est payante et limitée : il faut compter en moyenne entre 1% et 3% de la valeur globale des créances TTC. Ce coût comprend la commission d'affacturage, la commission de financement et les frais annexes.
  • Les relances clients personnalisées et graduelles réalisées suffisamment tôt sont un moyen efficace de se faire payer rapidement et de réduire les retards de paiement. L'astuce, c'est aussi d'envoyer à ses clients une notification de pré-échéance 5 jours avant que les factures n'arrivent à échéance. LeanPay vous aide à créer vos plans de relance personnalisés et à envoyer automatiquement vos mails ou courriers. Un gain de temps considérable pour les équipes financières (le temps consacré aux relances est divisé par 4) et des délais de paiements réduits de 20 à 30% en moyenne !
Divisez par 4 le temps passé sur vos relances clients