Tréso

6 conseils pour améliorer la gestion financière de son entreprise

Rédigé par
Socrate Tellier

Suivre précisément sa trésorerie est l’une des conditions essentielles de survie à court terme des PME. Dans cet article, nous vous expliquons comment bien facturer, planifier ses flux et gérer son cash afin d’améliorer sa trésorerie.

Quelque soit la raison pour laquelle vous avez créé votre entreprise - gagner beaucoup d’argent, devenir votre propre patron ou être libre de vos horaires - la santé de votre activité dépend de la balance de votre trésorerie, c’est à dire du solde de vos flux entrants et sortants.

Les flux de trésorerie dépendent de nombreux facteurs et sont un élément clé pour évaluer la santé financière de son entreprise.

Lorsque les rentrées d’argent sont régulières et que l’argent est immédiatement disponible, les choses vont bien. Si les dépenses grimpent soudainement ou que les revenus se tarissent, la menace de l’effet ciseau se fait sentir et les choses se compliquent.

Avoir une vision claire de votre trésorerie et maîtriser vos flux vous aidera à affronter des périodes difficiles, notamment en réduisant certaines dépenses de manière anticipée, en repensant votre stratégie de prix ou en levant des fonds pour accroître vos moyens si nécessaire.

Ceci est d’autant plus important si votre activité subit des effets saisonniers, c’est à dire des entrées et sorties d’argent variant fortement durant l'année.


Voici quelques conseils afin de vous aider à améliorer votre trésorerie, à augmenter votre capacité de financement, à assainir la gestion financière de votre entreprise et éventuellement accroître les opportunités de marché.

1. Créer un plan de trésorerie

Cela consiste à estimer les sommes d’argent entrantes et sortants liées à votre activité durant l'année. Faire un budget prévisionnel mensuel permet d’avoir une vision claire et précise des périodes où la trésorerie sera abondante ou manquante et ainsi planifier les décisions liées par exemple aux achats ou aux emprunts bancaires de manière pertinente.

Bâtir un budget prévisionnel sur Excel est en général la norme pour les créateurs d’entreprise mais utiliser l'un des nombreux outils disponibles en ligne peut vous faciliter la tâche dans la gestion quotidienne de votre trésorerie.

2. Facturer tôt et suivre son encours client

La règle d'or en matière de facturation est la suivante : au plus tôt le mieux.

Plus votre facture est envoyée tôt après la livraison de votre produit ou de votre service, plus vous augmentez vos chances d'être payé rapidement par votre client.

Si vous travaillez en B2B, il est obligatoire de notifier sur vos factures le délai de paiement que vous consentez à vos clients. En France il est au maximum de 60 jours nets ou de 45 jours fin de mois.

Une fois la facture émise, il faut désormais être payé : en effet facturer c’est bien, mais être payé c’est mieux ! Il est donc essentiel de chercher à optimiser son encours client, c’est à dire l’ensemble des montants facturés mais non encore payés, en réduisant les délais de paiement de vos clients. Il n’est pas toujours facile de suivre en temps réel l’encours client.

Une fois le paiement reçu, il convient de procéder au lettrage comptable, c’est à dire au fait d'associer ce paiement reçu à la facture correspondante.

Cette tâche peut s'avérer longue et fastidieuse si le volume de factures est important. Des outils comme LeanPay permettent d'automatisant le rapprochement bancaire pour vous faire gagner du temps au quotidien.

Le prélèvement automatique, moyen de paiement possible pour certaines activités récurrentes, est un moyen de réduire fortement les délais de paiements. Hélas, il n’est pas possible de l’appliquer dans tous les secteurs économiques.

3. Systématiser ses relances clients

Une fois que vous avez une vision claire de “qui vous doit quoi et depuis combien de temps”, il est essentiel de mettre en place un processus de relances systématiques afin de faire comprendre à vos clients que vous suivez précisément chaque facture et qu’aucune facture en retard ne sera oublié.

Votre but est dans un premier temps d’inciter vos clients à payer à l’heure, ou tout du moins plus rapidement s'ils ont tendance à payer en retard. Beaucoup de chefs d’entreprises n'envoient pas de relances clients par manque d'information concernant ce retard (d'où l'importance du suivi), par peur de perdre ce client, ou simplement par manque de temps. Utiliser un outil de recouvrement comme LeanPay permet de mettre en place facilement des plans de relances, en adaptant les messages à la typologie de clients et au niveau de retard de paiement.

D’autres options peuvent se combiner et permettre de réduire également les délais de paiement : l’échelonnement de la facturation en fonction de l’avancement du projet, les paiements électroniques afin de simplifier le processus pour vos clients, ou encore la pratique de l’escompte qui consiste à offrir un petit pourcentage de réduction à votre client à la condition qu'il paye dans un délai fixé.

Cette dernière option est particulièrement intéressante car, contrairement à l'affacturage, elle ne s’applique pas nécessairement à une large partie de votre encours client. L'escompte peut être accordé au cas par cas en fonction de votre connaissance du client et de son intérêt potentiel à payer rapidement afin de bénéficier d’une réduction.

Quelque soit votre activité, il est essentiel d'avoir une vision fiable et continue de vos factures émises afin de pouvoir relancer vos clients de manière optimale.

4. Renégocier les conditions des fournisseurs

Vous pouvez utiliser l’escompte avec vos fournisseurs également : Proposez-leur de payer en avance par rapport au délai de paiement fixé s’ils vous concèdent une réduction sur le montant de la facture.

5. Maintenir une bonne relation avec la banque

Maintenir une bonne relation avec votre banque est essentiel surtout lorsque la situation se complique. N'hésitez pas à échanger avec votre banquier régulièrement afin de lui partager l'évolution de votre entreprise, maintenir une relation de confiance avec lui/elle, renégocier vos facilités de crédit si besoin, ou envisager d’autres options pour financer votre activité.

6. Payer les taxes et impôts à l’heure

N’oubliez pas d’inclure la TVA et l'impôt sur les sociétés dans vos budgets prévisionnels afin de considérer l’ensemble de votre structure de coût dans votre compte de résultat. Pour rappel, tout retard de plus de 45 jours suivant la date de mise en recouvrement dans le paiement de l’impôt sur les sociétés entraîne une majoration de 10%, à laquelle s’ajoute un intérêt de retard dont le taux est de 0,2% par mois, soit 2,4% par an.

Conclusion

En France, les problèmes de trésorerie, et notamment les retards de paiement, causent 25% des faillites de PME.

Plus une entreprise facture, plus son chiffre d’affaires croît. C’est évidemment une bonne nouvelle mais il y a une conséquence : le temps dédié au suivi des factures en cours, aux relances relances et au rapprochement bancaire augmente. Face à un volume important de factures en cours, le risque est d'être rapidement submergé, de ne plus piloter son encours client, de laisser s’accumuler les retards de paiements et in fine de faire face à des problèmes de trésorerie.

C’est dans cette situation qu’un outil digital comme LeanPay peut vous aider à reprendre le contrôle du poste clients.

Grâce à sa interface simple et intuitive, LeanPay vous permet de suivre en temps réel les délais de paiement de vos clients, de systématiser vos relances clients, et de gagner du temps dans le rapprochement bancaire.

Ainsi la hausse de votre chiffre d’affaires sera répercutée sur la trésorerie de votre entreprise.

Voir comment LeanPay peut vous aider à simplifier la gestion de vos factures clients