Accueil
Fiches pratiques
Pourquoi négocier son délai de paiement ?
Comptabilité

Pourquoi négocier son délai de paiement ?

Rédigé par
Manolo Munoz Lagadeuc

Une entreprise qui arrive à maîtriser ses délais de paiement clients est une entreprise avec une trésorerie en bonne santé. Se faire payer plus vite n’est pas qu’une question de recouvrement et de relances clients, c’est aussi grâce à une optimisation des délais de paiement accordés à ses clients qu’une société peut réduire son délai de paiement moyen.

Quels sont les délais de paiement légaux pour une facture ? Comment calculer le délai de paiement ? Quelle différence entre un délai de paiement 45 jours fin de mois et à 60 jours pour la trésorerie ? Nous répondons à ces questions dans notre article.

Au sommaire de cet article :

Négocier son délai de paiement client

Quels délais de paiement pour une facture ?

En B2B, il est d’usage de laisser à son client un délai pour régler sa facture après l’émission de celle-ci. Ce délai permet d’alimenter le besoin en fonds de roulement du client en attendant qu’il reçoive une nouvelle rentrée d’argent pour ensuite régler sa créance.

En France, le délai de paiement par défaut est de 30 jours après la réception de la marchandise ou de la réalisation de la prestation. Il est possible de l’allonger jusqu’à 60 jours ou 45 jours fin de mois (FDM) mais il ne peut pas s’étaler au-delà. En cas de dépassement du délai de paiement convenu, une procédure de recouvrement amiable doit être rapidement mise en place et des pénalités de retard peuvent être réclamées.

Dans tous les cas, il est important de penser à bien préciser le délai de paiement accordé aux clients dans les CGV et à le faire figurer dans la facture.

Quels sont les différents types de délais de paiement ?

  • Le paiement comptant : c’est la solution idéale pour toute entreprise. Le client se voit dans l’obligation de régler la marchandise ou la prestation dans son intégralité dès la livraison. C’est le meilleur moyen de faire chuter son DSO ! Cependant, cette solution n’est que peu appliquée en B2B et sans arriver jusqu’au paiement comptant, il est préférable de toujours négocier un délai de paiement le plus court possible pour éviter tout risque de décalage de trésorerie.
  • Le paiement à réception : très similaire à la solution précédente, le paiement à réception accorde un délai d’une semaine au client pour régler sa facture, le temps de la réception de celle-ci.

💡 Lors d’une négociation d’un délai de paiement, commencer par proposer un paiement comptant avant de se tourner vers le paiement à réception peut être intéressant pour maximiser la réduction du délai.

  • Paiement avec délai par défaut  : nous en parlions précédemment, le délai par défaut s’applique en l’absence de mention particulière dans le contrat. Le client dispose alors d’un délai de 30 jours maximum suivant la réception de la marchandise ou l’exécution de la prestation pour régler sa créance.
  • Paiement avec délai négocié : des conditions particulières peuvent figurer dans les CGV ou être négociées avec le client afin de convenir d’un délai de paiement plus long. Il peut alors s’étendre jusqu’au 60ème jour après l’émission de la facture ou être porté à 45 jours FDM à partir de l’émission de la facture. Toutes ces mentions doivent apparaître dans le contrat pour pouvoir être appliquées.

Comment calculer le délai de paiement ?

Le calcul du délai de paiement moyen d’un client peut faciliter la prise de décision pour envisager une révision du délai de paiement convenu avec le client.

Voici la formule permettant de calculer le délai de paiement d’un client :

Délai de paiement = créances clients TTC d'une période / chiffre d'affaires TTC de la même période x nombre de jours de la période

Si le délai de paiement constaté est élevé, il peut être intéressant de chercher à négocier une réduction du délai accordé pour alimenter la trésorerie.

⚠️ Attention tout de même à bien respecter les contraintes auxquelles fait face le client. Préserver une relation commerciale en s’adaptant aux besoins du client, c’est aussi l’un des avantages de ce type de négociation.

modèle de calcul du dso

Quel délai de paiement négocier ?

Avant d’entamer toute négociation d’un délai de paiement aménagé avec un client, savoir quelle solution est la plus appropriée à la situation de l’entreprise peut aider à la prise de décision. Selon les cas, il est possible de calculer de deux manières différentes le délai de paiement fin de mois, l’une pouvant s’avérer plus avantageuse que l’autre.

Prenons un exemple pour illustrer ce propos :

Supposons qu’une entreprise émette une facture à son client le 10 avril.

Dans le cas d’un délai de paiement de 45 jours FDM, on comptera le début des 45 jours de délai à partir du 30 du mois d’émission de la facture. Dans notre exemple, le délai de paiement s’allonge donc à 65 jours en comptant depuis la date d’émission de la facture. Le client a donc jusqu’au 14 juin pour régler le montant de la facture.

Le délai de paiement accordé dans cette situation est très long, il pourrait être plus avantageux pour l’entreprise émettrice de se tourner vers une autre proposition si elle souhaite réduire son délai de paiement client.

Il existe également une seconde méthode de calcul du délai de paiement 45 jours FDM, pouvant être plus avantageuse pour le créancier. Il s’agit de compter d’abord 45 jours puis d’aller jusqu’à la fin du mois.

Si on applique cette méthode à notre exemple de facture émise le 10 avril, le délai de paiement calculé est de 51 jours. Le client doit régler sa facture avec le 31 mai suivant. Presque 15 jours de délai ont ainsi été gagnés !

⚠️ Il existe des délais de paiement dérogatoires  répondant aux exigences particulières de certains secteurs d’activité. Exemple : le délai de paiement par défaut des livraisons de bétail ou de viande fraîche destinée à la consommation est de 20 jours suivant la date d’émission de la facture afin de tenir compte de la date de péremption des produits alimentaires.

Comment éviter les retards de paiement ?

La négociation de délais de paiement permet d’avoir un meilleur contrôle sur ses futurs encaissements en répondant aux besoins et aux attentes des clients. Mais malheureusement, personne n’est à l’abri des retards de paiement qui impactent de manière significative le délai de paiement moyen des entreprises.

L’accumulation des contrats commerciaux ayant différents délais de paiement n’aide pas dans cette situation. Difficile de suivre l’échéance de toutes les factures et certaines relances prennent déjà du retard avant même avoir pu constater les impayés.

Utiliser un outil comme LeanPay, c’est avoir une meilleure vision de son poste clients pour ne jamais perdre de vue l’état de chaque facture et suivre en temps réel les comptes clients :

  • Une facture arrive à échéance ? Pas d’inquiétude, LeanPay envoie automatiquement une notification de pré-échéance au client pour lui rappeler de régler sa facture. Ensuite, des plans de relances personnalisables et automatisés prennent le relai pour recouvrer au plus vite la créance sans perte de temps !
  • Du mal à faire le suivi en temps réel de la trésorerie ? Rien de plus simple avec le tableau de bord de LeanPay qui rassemble sur une page les indicateurs clés du poste clients.
  • La collaboration entre les équipes comptables et les commerciaux fait perdre du temps à la procédure de recouvrement ? L’outil LeanPay est multi-utilisateur, chaque collaborateur peut suivre ses comptes clients et mettre à jour les actions récemment effectuées sur l’interface collaborative.
  • La méthode de paiement proposée au client ne lui convient pas ? Un portail de paiement en ligne sécurisé est directement accessible via les mails de relances envoyés grâce à LeanPay. Payer leurs factures n’aura jamais été aussi rapide pour les clients !
Demandez une démo de l'outil LeanPay